un objet devenu opaque

Depuis une vingtaine d’années, les historiens de la cartographie sont devenus sceptiques vis-à-vis de leur objet. Les influences conjuguées du mouvement de la déconstruction en philosophie, de la sociologie des sciences et des études post-coloniales ont fait de la carte un objet sinon suspect, au moins douteux, et en tout état de cause un objet qui a perdu de l’évidence et de la transparence qui lui étaient accordées jusqu’alors. Les historiens de la cartographie se sont accoutumés à travailler sur un objet devenu opaque. J’aurais tendance à penser, pour ce qui me concerne, que cette nouvelle donne est peut-être une chance pour la cartographie et pour son histoire. Car cette opacité est l’occasion qui permet de restituer aux objets, aux méthodes et aux pratiques cartographiques, leur véritable complexité, c’est-à-dire leur véritable statut de problèmes pour l’historien.

Cartographie et pensée visuelle. Réflexions sur la schématisation graphique
Jean-Marc Besse
.